Présentation de la pièce

Le drame d’Hernani, par son lyrisme exalté, par la virtuosité de son intrigue et la dimension de son personnage central était bien fait pour enflammer le public des jeunes romantiques de 1830. Dans le caractère du célèbre proscrit, amoureux et révolté, ils pouvaient identifier l’une des plus brillantes incarnations du héros-type de leur génération. Dans cette œuvre complexe, trois grandes pistes se présentent, trois fils qui se tressent et qu’il faudra explorer.  En premier lieu, celui qui saute aux yeux, c’est le fil sentimental. Cette merveilleuse et tragique histoire d’amour, c’est le Roméo et Juliette français. Les deux jeunes amants beaux, brillants et fous d’amour, vont mourir la nuit de leur noce, parce qu’ils ont une destinée fatale. L’amour est incommensurable et funeste.  Cette part sentimentale de la pièce est dominée par la grande figure de Dona Sol avec celle d’Hernani. Le personnage de Dona Sol est magistral parce qu’il est totalement mystérieux. Le deuxième fil qui structure la pièce est psychanalytique : il met en scène l’intangibilité de la parole donnée. Cet engagement est lié à la figure écrasante du père. Une sorte de surmoi monstrueux et funeste. On ne peut y échapper que par la mort. Cette figure est incarnée par Don Ruy Gomez, personnage complexe et bouleversant. Par ailleurs, lié lui aussi par sa propre parole, l’espace du pouvoir est fermé, sombre, austère. Alors qu’autour de lui, il existe un espace de liberté, d’affranchissement, qui est certes celui du proscrit, mais aussi celui d’un possible bonheur. Les personnages qui ont le pouvoir sont tyranniques mais doués de conversions inattendues. Une notion capitale et complètement nouvelle se fait jour dans la scène du tombeau : celle du « peuple-océan ». Ce qui dépassera les clivages et fera accéder la société à un autre monde.   

Du point de vue stylistique, quelques décisions notoires s’imposent. La réduction de la distribution à six acteurs nous débarrasse d’un certain poids d’apparat. C’est dire que ce théâtre historique, ajusté du coup à sa dimension métaphorique et politique, acquiert une force nouvelle. Toutefois, Victor Hugo s’inspire de sources diverses pour cristalliser dans la légende de chevalerie hispanique, comme dans Le Cid de Corneille, auquel il se référait volontiers, l’ambition romantique de sa génération.  Il tire son sujet ainsi, selon ses dires, d’un passage d’une vieille chronique espagnole : « Don Carlos, tant qu’il ne fut qu’archiduc d’Autriche et roi d’Espagne, fut un prince amoureux de son plaisir, grand coureur d’aventures, sérénades et estocades sous les balcons de Saragosse, ravissant volontiers les belles aux galants, voluptueux et cruel au besoin. Mais du jour où il fut empereur, une révolution se fit en lui. » Il tira ensuite sans doute l’ambiance hispanique de ses souvenirs de ce pays, où il habita quelque temps à la suite de son père durant les campagnes napoléoniennes et de textes récents sur l’histoire locale, toujours selon ses dires. On peut aussi noter des analogies avec des pièces qui lui ont peut-être inspiré certains passages : Le Tisserand de Ségovie d’Alarcon ou La Dévotion à la croix de Calderon (histoires d’amour, d’honneur et de sang) mais aussi des sources moins latines, tels que Evadne or The Statue de Richard Lalor Sheil (la scène des portraits), Egmont de Goethe, Les Brigands de Schiller…

Cette pièce tire son nom d’une ville espagnole qui a pour nom Ernani où l’on a rajouté le H de Hugo pour en faire HERNANI.


Auteur : Nadia Chafai

Nadia CHAFAI Faculté des Lettres & des Sciences Humaines, Dhar El mahraz Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.